Loading...
Astuces

Comment les Lyonnais utilisent-ils leurs nez pour lutter contre la pollution ?

La pollution est un fléau aux nombreux effets négatifs. Ceux-ci peuvent être profonds comme le réchauffement climatique, qui menace chaque être humain sur la planète, et qui participe à des drames écologiques sans précédent comme la montée du niveau des eaux, ou l’avancée de la désertification. Mais la pollution c’est aussi un problème quotidien, qui vient nuire à la qualité de vie des citadins. Mauvaises odeurs, voiles gris, mauvaise qualité de l’air… Autant de tracas quotidiens désagréables pour tout un chacun. À Lyon, une association : SPIRAL (Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles et des risques dans l’agglomération lyonnaise), a mis en place le dispositif « Respiralyon », pour lutter contre la pollution olfactive : un réseau de nez lyonnais qui signale en temps réel les mauvaises odeurs afin de remonter à la source de ces problèmes et de les résoudre. Coup d’œil sur cette initiative citoyenne !

Comment fonctionne le réseau de nez lyonnais ?

Le réseau Respiralyon est une initiative qui lutte contre la pollution olfactive, et plus largement contre la pollution atmosphérique. En effet, les problèmes de pollution sont souvent ressentis par l’un de nos cinq sens : l’odorat. C’est sur ce postulat que l’association SPIRAL a monté son initiative participative. Grâce à un formulaire en ligne et à un numéro vert, il est donc possible de signaler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 toutes les gênes odorantes. Par la suite l’association va recouper ces informations, et remonter les pistes afin de déterminer les causes de ces odeurs. En parallèle, des bénévoles qui ont été sélectionnés après un test de senteur sont dispatchés sur l’ensemble du Grand Lyon et hument l’air quotidiennement pour en déterminer la qualité. En cas de problème, un signalement est fait aux autorités compétentes afin d’en régler la cause.

Lyon, une ville sujette à la pollution

Il faut dire que la capitale des Gaules dispose d’une importante industrie, avec notamment sa « vallée de la chimie » située au sud de la ville. Il en résulte des épisodes de pollution atmosphérique et odorante fort. En 2002, un épisode malodorant important avait secoué la ville : une odeur nauséabonde s’était alors répandue dans les rues lyonnaises, et plus de 550 appels téléphoniques avaient été recensés pour signaler le problème auprès du service d’incendie et de secours et du service d’urgence de Gaz de France. Pourtant, la source n’a jamais été identifiée. C’est après cet épisode qu’a été créé le réseau de nez Respiralyon.

Celui-ci a d’ailleurs permis d’élucider un problème venant de la raffinerie de Feyzin, qui grâce à ce signalement a pu résoudre un problème interne.


En utilisant leurs nez, les Lyonnais sont donc invités à signaler les mauvaises odeurs dans un vaste réseau de prévention contre la pollution olfactive et atmosphérique. Une carte en temps réel et un signalement aux autorités compétentes permettent ainsi d’agir, de comprendre et de bénéficier d’un air plus sain et d’une meilleure qualité de vie. C’est le cas de le dire : les Lyonnais ont du flair.

 

Source vidéo : chaîne Atmo Auvergne-Rhône-Alpes