ACE Environnement : la transition énergétique, il est grand temps d’en parler

ACE Environnement

Il est périlleux de vouloir définir le concept de transition énergétique car il comporte de nombreuses nuances et ne dispose pas de la même maturité en fonction des pays. En France, la nécessité de faire évoluer les modes de consommation en termes d’énergie s’ancre petit à petit dans les mentalités, au fur et à mesure que Bruxelles rallie ses pays membres et incite ces derniers à mettre en œuvre cette transition à l’intérieur de leurs frontières. Effectuer le passage d’une consommation d’énergies fossiles de masse à une consommation plus raisonnée d’énergies dites « vertes » ne se verra cependant pas en un jour et relève du challenge ! Mais il faut tenter de comprendre – et ce dans le but de se motiver – que c’est le recul du réchauffement climatique et du phénomène d’effet de serre qui est en jeu. Alors au travail !

Au gré des Grenelles et des catastrophes naturelles, l’espèce humaine prend bon an mal an conscience qu’il faut faire face. La transition est donc déjà amorcée ; elle n’en est plus à son stade théorique ! Mais la mise en application est longue à prendre. Maintenant que la compréhension des enjeux est actée, il faut parvenir à consommer de l’énergie autrement. Cet objectif s’applique à l’ensemble de la société, aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Nous sommes tous engagés dans une course contre la montre à relais. Il convient, pour ne pas mettre nos enfants en situation de retard, de hâter le pas afin de leur passer le relais avec une petite avance sur le réchauffement climatique. Préparer le terrain, limiter les dégâts, c’est comme cela que les générations suivantes seront en mesure de gagner ce « contre la montre » énergétique ! Pour tenir la cadence sur ce chemin long et fastidieux, il faut un coach capable d’accompagner et de motiver. Cet entraîneur, c’est ACE Environnement !

Transition énergétique en France, suivez le guide ACE Environnement !

Cela fait 20 ans déjà que l’Agence des Consommations Énergétiques (ACE) accompagne la transition vers le tout renouvelable. Pendant des années, l’industrie a alimenter ses fours avec de ce que l’on appelle dans le dictionnaire énergétique des « énergies fossiles ». Ces énergies stocks ont plusieurs visages bien connus car présents dans notre vie quotidienne : fioul, gaz, houille, etc. Mais les ressources s’amenuisent à chaque instant au rythme des puits qui pompent inlassablement l’or noir du sol. Il est donc vital, avant que ce ne soit trop tard, de trouver une réponse adaptée. Les énergies renouvelables constituent la réponse car ces énergies ne s’épuiseront nullement. Les énergies renouvelables, qu’est-ce donc ? Ce n’est pas que le solaire ou l’éolien ! Elles utilisent des procédés en mesure de recueillir l’énergie présente dans le sol, dans les plantes ou encore celle issue de la force du mouvement des marées que la lune influence. Ces énergies sont propres car elles n’ont pas d’impact réel sur l’environnement. En ne produisant que très peu de gaz carbonique, ces énergies réduisent significativement l’impact sur la couche d’ozone. Quelques procédés à présent : le photovoltaïque évidemment, qui utilise la lumière du soleil afin de la convertir en énergie. La biomasse, qui tire parti de la dégradation de matières organiques d’origine végétale pour produire de l’énergie, la géothermie, qui capte l’énergie présente dans le sol. Si l’humain est capable de tirer parti des ressources évoquées en mettant au point des procédés permettant la captation d’énergie à partir de ces sources, alors il créera tout bonnement le futur de la planète Terre.

ACE Environnement compte bien exploiter ce potentiel au nom de l’humain en se basant sur ses connaissances dans le but d’être un acteur clé de la transition énergétique dans l’hexagone, en particulier au sein même des foyers. Accompagner, diagnostiquer, sensibiliser et mettre en œuvre des solutions en lien avec le mode de vie particulier à chaque ménage sont à considérer comme les objectifs de l’Agence.

Dans les faits, ça donne quoi ?

L’objectif d’ACE Environnement, c’est d’agir comme un stimulant de façon à accélérer la transition énergétique en France. La première phase de l’accompagnement proposé, c’est un diagnostic, un état des lieux énergétique de la structure. Cet évaluation à lieu sur les éléments les plus énergivores, à savoir le chauffage, l’éclairage et l’électroménager. En effet, les deux derniers postes cités absorbent à eux seuls 15% de l’énergie d’une résidence. Pourtant, en installant un parc d’ampoules LED, on réduit déjà de moitié sa consommation. Autre chiffre intéressant, en une dizaine d’années, les appareils électroménagers ont gagné environ 40% de consommation en moins. Ces progrès, encore faut-il en avoir conscience. C’est là le rôle d’ACE Environnement : montrer qu’une alternative est possible ! Un fois ce travail réalisé, le client dispose d’une idée précise de l’étendue du travail à mener afin de rendre le bâtiment plus compétitif énergiquement. La seconde partie de l’accompagnement se focalise sur l’analyse du bilan dressé dans l’optique de préconiser quelles actions seront les plus judicieuses à mettre en place. C’est en général très concret et cela à la vertu de montrer au client l’économie qu’il sera en mesure de cristalliser. En effet, suivant les chantiers et les types de bâtiment, une économie de l’ordre de 20% peut être enregistrée. ACE Environnement organise ses préconisations sur plusieurs axes. Tout d’abord un travail sur les solutions dites « passives ». L’idée est d’accroître les qualités du bâtiment afin d’éviter par exemple les déperditions de chaleur et donc le recours à un surcroît d’énergie. Dans les faits, ACE Environnement peut alors être amenée à prodiguer des conseils en matière d’architecture. De nombreux paramètres entrent alors en ligne de compte : l’orientation de la construction où il faudra favoriser un alignement plein sud dans le but d’optimiser le rendement de potentiels panneaux solaires. L’isolation thermique avec notamment l’utilisation du double vitrage qui a la double vertu d’isoler contre les fuites de chaleur mais aussi contre la pollution auditive. L’architecture donc mais aussi le système de chauffage qui est de loin le plus énergivore puisqu’il représente environ 65% de la consommation énergétique d’un bâtiment ! Là encore des solutions existent (chaudières à condensation, pompes à chaleur, poêle à granulés bois, etc). Les solutions « actives » sont la plupart du temps moins lourdes à mettre en place puisqu’elles tendent à optimiser l’utilisation des composants influençant la consommation d’énergie afin de n’utiliser que le stricte nécessaire. La subtilité est là de faire appel à des régulateurs intelligents utilisant des écosystèmes de capteurs de température, des détecteurs de passage pour l’éclairage, des objets connectés auto-régulants, etc. Enfin, si le client décide de passer le pas en donnant son feu vert pour la mise en place des préconisations de l’Agence, commencera alors la recherche de financements, une autre façon d’accompagner.

À échelle nationale, les préoccupations induites par le réchauffement climatique sont sous la lumière des projecteurs. Dans ce contexte, comprenons que les problématiques de la transition énergétique ne sont jamais très loin. Cette préoccupation est en France relayée sur l’ensemble du territoire, à échelles différentes. Les mairies, les agglomérations et les conseils généraux font donc appliquer les préconisations du Grenelle de l’Environnement et gèrent ainsi les calendriers et les échéances dans le but d’inverser la vapeur pour que les énergies « vertes » prennent le pas sur les énergies stocks. Côté entreprise, le secteur du bâtiment génère en France un quart des émissions de gaz à effet de serre. Il est donc aisé de comprendre qu’un travail d’amélioration allant dans cette direction est nécessaire. Ce changement sera long et fastidieux, alors mieux vaut se faire accompagner !

Alors comment demander un accompagnement ?

Il faut tout bonnement se rapprocher de l’une des agences ACE Environnement présentes en Ile- de-France pour les franciliens ou bien se rapprocher de l’une des concessions qui, depuis 2016, fleurissent à travers tout l’hexagone. C’est réellement le moment opportun pour se faire aider. Pour cela la clientèle peut s’appuyer sur le savoir-faire d’ACE Environnement, savoir-faire d’ailleurs reconnu par l’attribution du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Cette distinction est un signe qualitatif décernée uniquement aux « élèves méritants » œuvrant pour la rénovation du parc énergétique dans le pays. Être labellisé RGE est la preuve évidente de grandes compétences mais aussi celle d’une certaine expérience glanée pendant 20 ans dans le domaine de la transition énergétique. Pour ceux qui seraient encore réticents à l’idée de s’engager sur un chantier sans fin, il faut savoir que l’Agence donne à chaque fois que cela est possible la priorité aux solutions faciles à mettre en place techniquement. Le client avant tout. L’éthique est en effet au cœur de ce que propose ACE Environnement. Pour mener à bien cet objectif de transparence, les partenaires sont choisis sur les mêmes critères et le même partage de valeurs. Clipsol, Savelys ou Solfea sont des partenaires certifiés 100% entreprises françaises. Avec un taux de satisfaction extrêmement important, ACE est fondamentalement positionnée sur le service client de qualité. C’est d’ailleurs pour ça que les clients sont à présent ambassadeurs d’un avenir prometteur matérialisé par une utilisation généralisée des énergies renouvelables. Il est temps d’entreprendre la transition énergétique pour faire des économies, pour réduire l’empreinte carbone de l’espèce humaine et pour laisser aux générations futures une société plus propre énergiquement.